Vidéos

Aventures amérindiennes à 1 heure de Montréal !

Immersion amérindienne à 88 km de MontréalAmishk – un site autochtone situé en pleine forêt laurentienne dans la ville de Saint-Calixte.

La nature, les amérindiens, les légendes font parties de notre culture. Trop souvent, on sait quelques bribes de ce mode de vie ou on s’imagine le connaître. Alors l’idée de vivre l’aventure pour une journée m’a séduite.

Mon premier constat : chez Amishk, c’est la vraie affaire. On oublie le luxe, le bling bling touristique habituel, les spectacles folkloriques amérindiens, etc.  Non, non, on s’en va dans le bois avec les mouches noires vivre une aventure amérindienne authentique !
13 kilomètres de nature et un lac exclusif au Parc régional Montcalm

Arrivée à destination, mon guide, François Newashish, m’accueille en véhicule tout terrain avec son collègue Mario Bill qui parle très peu français mais plutôt Atikamekw.  (Pas de voiture, une autre langue, ouf voilà qui est dépaysant ;))

Tourisme insolite dans Lanaudière

On fait quelques kilomètres en jasant.  Le paysage est magnifique !  L’odeur, le soleil et ce vaste territoire m’impressionne.  Il faut dire qu’il est situé autour d’un lac exclusif dans le Parc régional Montcalm et qu’il offre une faune et une flore boréale riche.

Tout au long, François m’informe sur les particularités du territoire, les différentes bêtes qu’on peut y croiser dont le Coyloup…mais qu’est-cé ça ?  C’est une espèce hybride née du mélange entre le coyote, le loup et le chien ! Eh oui, première surprise, je préfère ça au loup-garou.

Vivre une aventure amérindienne hors du commun

Rendue à l’accueil, on débarque, je suis prête !

Mon guide, François, est un personnage fort intéressant et connaissant.

On débute par un dîner dans la Shaputwan – lieu de rassemblement.  Boucane, boisson chaude à base d’herbes – non-hallucinantes puis un petit cours 101 sur l’état actuel des différentes nations amérindiennes au Québec.  Fort intéressant. L’endroit a été amélioré légèrement par François pour le confort de ses convives.
Lieu de rassemblement tente shaputwan

La bedaine pleine, on part en balade dans les sentiers afin d’aller visiter le tipi et la tente prospecteur.  Seule proposition d’hébergement sur le site.

Encore une fois, vraiment bien conçue et fidèle à ce qu’on retrouvait autrefois : pas d’électricité, très propre.

Pour le tipi, ben on couche sur du sapinage.  Si vous êtes douillet on vous offre un coussin style yoga !! Ouien, je trouve que c’est mieux sans.  De plus, on m’informe que le sapinage empêche les indésirables de nous visiter la nuit, du genre une souris fouineuse ou encore une couleuvre qui cherche la chaleur.  Sans façon, je préfère dormir seule !

Dormir dans une tente prospecteur ou dans un tipi

En marchant, François m’explique les fameuses 6 saisons Atikamekw. L’échange est unique.  Il me raconte avec passion ce mode de vie en lien avec la survie fort simple en accord avec les saisons.  J’avoue que cette philosophie prend tout son sens.  Elle nous ramène à l’essentiel et à une vie qui respecte la nature et le temp.

Dans ma tête, je tente d’imaginer appliquer plusieurs de ces notions dans mon quotidien de citadine, qui aime la nature, mais qui vit aussi en 2020 avec son emploi du temps chargé, le cellulaire, les réseaux sociaux, etc. Ouf, ça y est, j’ai déjà mal à la tête juste d’y penser !

Ok ! Ok ! Disons que l’on commence par de petits gestes simples comme : ouvrir une fenêtre à la place de brancher un plug in, aller traire les vaches ou donner un coup de main dans les champs au lieu d’une séance de gym, manger des fruits de saisons, en terminant troquer notre Facetime entre copines pour une rencontre en vrai autour d’un feu de camp.  C’est déjà mieux, non ?

À quel endroit apprendre les rites de la culture amérindienne

Bon, je mets ma switch à off et je reviens avec François.

Fabrication d'un canot d'écorce artisanale

On passe à l’atelier sur le canot d’écorce – un de mes coups de cœur.  Ce canot, conçu de façon artisanale avec les connaissances de ces ancêtres, me fascine. La complexité de fabrication, l’ingéniosité et la capacité à utiliser toutes les ressources de la forêt m’étonne. C’est plus qu’instructif. Mon expression faciale change quand il me révèle la valeur de celui-ci qui est autour de
15 000 $... Deuxième surprise ! D’ailleurs, il me confie que ses techniques lui ont été transmises par pères, de génération en génération, on peut aussi visionner le documentaire, ″César et son canot d’écorce″ disponible sur l’ONF pour bien saisir toutes les étapes et l’histoire autour de cet art.

Comment fabriquer un canot d'écorce

Après quoi, c’est l’heure de l’observation des castors. Ce petit coin de paradis est peuplé par ceux-ci. Oui, effectivement y a de nombreux barrages impressionnants tout partout.

Vraiment, ils ont la fibre entrepreneuriale ! Go, mise à l’eau du canot, ceinture de sécurité, nous voilà sur le lac. C’est un exercice de discipline pour moi, puisque je dois apprendre à me taire et à regarder… le silence est appréciable. Qui plus est, que vois-je, un castor. On s’approche tranquillement s’en faire de bruit, mais on est rapidement repéré. Il plonge avec un coup de queue spectaculaire pour nous exprimer son mécontentement et avertir ses congénères.
Observation de castors près de montréal

Oh j’oubliais, Amishk – signifie castor en Montagnais. Pas surprenant !

Wow, je pourrais vous décrire tout ce que j’ai appris lors de cette visite. Je préfère me garder une certaine réserve afin que vous puissiez constater par vous-même. Pour une fois, je peux dire qu’il s’agit vraiment d’une vitrine réelle sur la culture amérindienne. Les guides Atikamekw, Montagnais, Cris, nous racontent avec fierté leur histoire et partagent leurs connaissances acquises au fil des siècles.

Expérience et visite authentique amérindienne

En raison du cette pandémie, ils seront de retour pour la saison 2021.

Croyez-moi nous avons sûrement des leçons à tirer de cette philosophie de vie adoptée par les amérindiens à une époque pas si lointaine !

MATCACI

Un gros MERCI à :

Jean-Michel Perron, propriétaire chez Amishk
Les guides, François Newashish et Mario Bill

L’équipe de Synop6 et Fibe TV1

Vous aimerez aussi...

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire